Prochaine séance: Vendredi 20 mai 2022 à 14h

Genèse de la citoyenneté européenne

Lieu: Salle Germaine Tillion, Centre Marc Bloch de Berlin et en ligne

Merci de vous inscrire pour recevoir automatiquement le lien de connexion zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/meeting/register/tZUrce-vrzItE93X70ETSuogtvEU2QrUqzdE

Céline Spector (Sorbonne Université) « Une citoyenneté post-nationale est-elle possible et souhaitable ? »

Abstract : L’une des difficultés classiques rencontrées par les théoriciens de la citoyenneté européenne – philosophes, politistes ou juristes – tient à la volonté fréquente de projeter sur elle le schème hérité de l’État-nation. Soit la citoyenneté est conçue comme la réplique du modèle qui a pris son essor depuis l’ère des Révolutions démocratiques, soit elle est considérée comme factice, purement procédurale, dépourvue de contenu substantiel. Contre la logique dépolitisante des droits libéraux, l’idée de citoyenneté active semble indispensable aux souverainistes républicains comme Richard Bellamy ; or celle-ci trouve ses conditions dans un espace public non fragmentaire, unifié par l’histoire et par la culture. Comme l’a pressenti Rousseau, la volonté générale ne peut s’émanciper de la volonté de tous qu’en créant un ethos spécifique : à cette condition seulement, se donner à tous revient à se donner à personne. Autant dire que les souverainistes républicains s’en prennent à ce qu’ils perçoivent comme un mythe néfaste associé au libéralisme politique, celui de l’individu propriétaire porteur de droits, brandis au besoin devant les institutions judiciaires. La citoyenneté européenne, à leurs yeux, n’est qu’une illusion. Cette critique peut-elle être surmontée ? Cette communication tentera de le faire en revenant sur la différence, mise en œuvre dans L’Esprit des lois de Montesquieu, entre différents paradigmes de la citoyenneté.

Céline Spector est professeure de philosophie à Sorbonne Université, membre de l’équipe « Sciences, Normes, Démocratie ». Elle a été professeure invitée à l’université de Chigaco, à l’institut des sciences humaines de Kyoto, à la MSH de Bruxelles entre autres. Ses thèmes de recherche sont la philosophie politique et la philosophie du droit, la question de l’héritage de la philosophie des Lumières et la philosophie de la démocratie dans le cadre de l’Europe. Elle a publié de nombreux ouvrages, dont : Éloges de l’injustice. La philosophie face à la déraison, Paris, Seuil, « L’ordre philosophique », 2016 ; Rousseau et la critique de l’économie politique, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2017 et No demos? Souveraineté́ et démocratie à l’épreuve de l’Europe, Paris, Seuil, «L’ordre philosophique », 2021. A noter également l’ouvrage collectif suivant : Europe philosophique, Europe politique, L’héritage des Lumières, T. Coignard et C. Spector éds., Classiques Garnier, « Rencontres – le Dix-huitième siècle», 2022.

Philippe Crignon  (Nantes Université):  « Qu’est-ce que la citoyenneté européenne peut conserver du modèle de la citoyenneté stato-nationale ? »

Abstract : La création de la citoyenneté européenne exprime une double prétention, celle d’une analogie revendiquée avec la citoyenneté nationale et celle, au contraire, d’une originalité et d’un pas de côté. Il est pour cette raison indispensable d’examiner les points de convergence – qui justifieraient que l’on parle d’un statut du citoyen européen – et de divergence – selon lesquels la citoyenneté européenne n’est pas la duplication de la citoyenneté traditionnelle à une plus grande échelle. Nous ferons, à cette fin, un retour à la matrice de la citoyenneté moderne, qui n’est pas seulement nationale, mais stato-nationale. La citoyenneté s’est redéfinie en corrélation de l’État moderne, selon trois principes : un statut personnel civil universel, une reconnaissance de soi comme auteur de la loi et la contribution individuelle à la puissance commune. Nous dégagerons d’abord ces principes chez Hobbes avant d’indiquer quels développements ont enrichi la citoyenneté moderne. A la lumière de cette interprétation, l’examen de la citoyenneté européenne révèle un déficit des trois principes : les droits transnationaux, en particulier, ne justifient pas un statut personnel nouveau. Nous expliquerons pourquoi il faut contester l’idée de citoyenneté européenne, telle qu’elle prétend exister aujourd’hui, ainsi que l’idée normative de citoyenneté transnationale. Quelques décisions récentes pourraient en revanche ouvrir la voie, à l’avenir, à quelque chose qui pourrait fonder une authentique citoyenneté européenne.

Philippe Crignon

est maître de conférences en philosophie politique et juridique à Nantes Université et membre du CAPHI (UR 7463). Ses travaux portent principalement sur la philosophie politique moderne et contemporaine, sur les formes politiques (État, fédéralisme, Europe), la justice et la solidarité internationale et sur la démocratie, la représentation et la citoyenneté. Il a publié De l’incarnation à la représentation. L’ontologie politique de Thomas Hobbes (Garnier, 2012), La philosophie de Hobbes (Vrin, 2017) ; il a dirigé L’Europe au risque de ses paradoxes (Incidence, 2014) et, avec Christophe Miqueu, Représentation politique et transformations de la citoyenneté (Garnier, 2017).

Vidéos

Les institutions de la citoyenneté

Pour visionner la vidéo, merci de cliquer ci-dessous.

Dieter Gosewinkel (Wissenschaftszentrum für Sozialforschung Berlin) : La citoyenneté en tant qu’appartenance politique. Un volet fondamental de l’histoire européenne des XXe et XXIe siècles

L’appartenance à une communauté de type politique décide des chances d’existence, et dans bien des cas des chances de survie. Cette communication défendra une double thèse. En premier lieu, la „citoyenneté“ devient, au cours du XXe siècle, un marqueur majeur d’appartenance politique en Europe. En second lieu, cette importance accrue de la „citoyenneté“ se fonde surtout sur le renforcement de garanties juridiques et sur la revendication pratique de droits subjectifs qui découlent de la citoyenneté. En d’autres termes, parmi les multiples formes d’appartenance politique, c’est la catégorie juridique et sociologique de la citoyenneté qui devient déterminante pour établir et répartir les chances d’existence; c’est pour l’imposer que les individus se réclament de droits subjectifs. L’importance considérable de la citoyenneté est un trait distinctif du XXe siècle, qui marque une différence significative par rapport aux périodes historiques antérieures et à d’autres formes d’appartenance politique. Pour vérifier cette thèse, il s’agira de se référer à un certain nombre de critères constitutifs de l’appartenance politique jusqu’au XXe siècle: l’appartenance religieuse, l’appartenance à des partis politiques, à une nation et à un État, à une classe sociale enfin. L’accès de la citoyenneté à une position dominante a été le produit d’une politisation de l’institution juridique. Avec la démocratisation de la domination politique et le déclin des droits subjectifs qui est allé de pair, en particulier des droits de participation politique et des droits sociaux, avec la fermeture croissante des États les uns vis-à-vis des autres, enfin, la citoyenneté a revêtu une importance croissante pour l’individu, tout en reléguant de plus en plus à la marge les autres critères d’appartenance, religion, partis politiques, nation et classe sociale. Les processus actuels de transfert à un niveau transnational et de mondialisation ne modifient que graduellement ce primat de la citoyenneté, sans qu’elle soit remise en cause dans son principe: en effet, la nécessité de fonder et de délimiter l’appartenance politique demeure une fonction fondamentale de l’État, même si celui-ci perd de plus en plus son caractère d’Etat-nation.

Dieter Gosewinkel est historien et juriste, professeur d’histoire à la Freie Universität Berlin. Il dirige le « Center for  Global Constitutionalism », Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung (WZB) depuis 2011 et est Président de l’Association pour l’histoire constitutionnelle (2018 – 2022). Il a été professeur invité (entre autres) à Sciences Po Paris (titulaire de la Chaire Alfred Grosser, 2006 et 2018/19), à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (2004, 2007, 2009), à Paris II – Assas (2020), et résident à l’Institut d’Études Avancées de Paris (2013/14). Enfin, il est membre de l’Academia Europaea. Ses champs de recherche sont l’histoire politique et constitutionnelle de l’Europe aux 19e et 20e siècles, l’histoire de la citoyenneté et de la société civile et enfin l’histoire intellectuelle de l’européisme.

Publications principales: Les Figures de l’État en Allemagne et en France 1870 – 1945. Figurationen des Staates, Deutschland und Frankreich, 1870-1945 (avec Alain Chatriot), Munich 2006; Wissenschaft, Politik, Verfassungsgerichtsbarkeit (avec Ernst-Wolfgang Böckenförde), Suhrkamp, Berlin. 2011; Anti-liberal Europe. A Neglected Story of Europeanism, Berghahn Books, Oxford/New York 2015; Schutz und Freiheit? Staatsbürgerschaft in Europa im 20. und 21. Jahrhundert, Suhrkamp, Berlin 2016; Staatsbürgerschaft im 19. und 20. Jahrhundert (avec Julia Angster/Christoph Gusy), Mohr & Siebeck, Tübingen 2019; Struggles for Belonging. Citizenship in Europe, 1900 – 2020, Oxford University Press, Oxford 2021.

L’éducation du citoyen: des Lumières à l’Ecole de Francfort

Pour visualiser les vidéos, cliquez ci-dessus

Maiwenn Roudaut (Centre Marc Bloch, Nantes Université): De l’esprit critique au non-conformisme :(Ré)-éducation à la démocratie et sciences sociales empiriques à l’Institut de Recherche sociale de Francfort 

Alain-Patrick Olivier (Nantes Université, CNRS): “La lecture des Lumières par l’Ecole de Francfort: esprit critique, autonomie, éducation”

 

 

Première séance du séminaire: vendredi 28 janvier 2022

L’éducation du citoyen : des Lumières à l’Ecole de Francfort

Maiwenn Roudaut (Centre Marc Bloch, Nantes Université): De l’esprit critique au non-conformisme :(Ré)-éducation à la démocratie et sciences sociales empiriques à l’Institut de Recherche sociale de Francfort 

Il s’agira d’évaluer la contribution de la Théorie critique francfortoise à la pensée du citoyen et de la démocratie en Allemagne au moment de la réimplantation de l’Institut de Recherche sociale au début des années 1950. Nous essaierons de montrer qu’il n’est selon nous pas possible de saisir l’enjeu du non-conformisme d’après-guerre prôné par la Théorie critique sans prendre en compte la composante empirique et la dimension collective des recherches menées à l’Institut de Francfort. Nous dégagerons non seulement la portée théorique, mais aussi méthodologique des études empiriques et insisterons sur leur apport en termes de politique de formation (Bildungspolitik) de l’esprit non-conformiste.

Maiwenn ROUDAUTest maîtresse de conférences au département d’études germaniques de NANTES UNIVERSITE, actuellement chargée de mission recherche auprès du CENTRE MARC BLOCH de Berlin. Ses recherches portent sur l’histoire de la tolérance, les théories de la reconnaissance et la Théorie critique francfortoise dans la politique de « rééducation à la démocratie des Allemands » après la seconde guerre mondiale. 

Alain-Patrick Olivier (Nantes Université, CNRS): “La lecture des Lumières par l’Ecole de Francfort: esprit critique, autonomie, éducation”

Le sauvetage des Lumières et de l’esprit critique ne va pas de soi. Nous partirons de la perspective de la première génération de l’Ecole de Francfort et des positions de T. W. Adorno dans les années 1960. Nous nous demanderons comment son rapport dialectique aux Lumières, à l’Aufklärung, à la philosophie de Kant, peut se concilier alors avec l’affirmation des idées d’esprit critique et d’émancipation, en particulier dans la perspective politique d’éducation du citoyen. Puis nous envisagerons comment cette perspective se continue ou est amenée à se transformer aujourd’hui dans le cadre des théories de la reconnaissance et de la philosophie politique d’Axel Honneth, en discutant, en particulier, la façon dont se conçoit l’éducation et la formation de la volonté démocratique. 

Alain Patrick OLIVIERest professeur de philosophie à NANTES UNIVERSITE, actuellement en délégation à l’UMR THALIM du CNRS. Il travaille en particulier sur les théories de la reconnaissance et de l’émancipation à partir de l’idéalisme allemand et la Théorie critique de l’Ecole de Francfort. Il a codirigé avec Maiwenn Roudaut et Hans Christoph Schmidt am Busch l’ouvrage Nouvelles perspectives pour la reconnaissance : Lectures et enquêtes, ENS Editions, 2019.

Le séminaire:

Le séminaire EduCivium, organisé par Maiwenn Roudaut (Nantes Université / Centre Marc Bloch Berlin et Tristan Coignard (Université Bordeaux Montaigne/IUF) en 2022 et 2023, est une manifestation périodique itinérante, qui prévoit des séances de travail à l’Université Bordeaux Montaigne, à Nantes Université et au Centre Marc Bloch de Berlin. Il bénéficie du soutien des trois institutions et de l’Institut universitaire de France.

L’objectif de ce séminaire est de cerner les facteurs d’évolution dans la conception, la perception et l’expérience même de la citoyenneté en Europe. Il part d’un triple constat :

  • La citoyenneté, dans son acception juridique et politique, ne correspond pas à un concept figé et immuable. Elle est prise dans un processus de redéfinition, à la faveur de la perte d’influence de l’État ou, au contraire, de la réaffirmation de ses prérogatives. Par ailleurs, la citoyenneté nationale doit désormais être articulée avec d’autres liens d’appartenance et de participation à la vie publique : les ancrages locaux ou régionaux, la citoyenneté européenne ou la citoyenneté mondiale.
  • La citoyenneté, définie comme faisceau de droits individuels et collectifs permettant l’intégration à une communauté, apparaît de nos jours comme un champ ouvert aux luttes revendicatives. Des marqueurs de participation active à la vie publique émergent et établissent un lien étroit entre citoyenneté et identité (identité minoritaire, sexuelle, religieuse). La citoyenneté se trouve ainsi impliquée dans un processus de négociation entre acteurs en vue d’une extension des droits.
  • La citoyenneté ne peut pas seulement être appréhendée comme un cadre formel et juridique. Elle est aussi une expérience qui engage les rapports entre l’individuel et le collectif et qui s’apprécie dans un contexte global d’apprentissage (formel et informel).

Face à ces éléments de redéfinition et de mutation, devant la diversité des enjeux en Europe, le séminaire EduCivium propose un cycle d’interventions et de débats qui vise à circonscrire ce qui définit un.e citoyen.ne en Europe et à s’interroger sur les modalités permettant de devenir citoyen.ne.s en cherchant à compléter la perspective normative dominant actuellement les études européennes.

En adoptant une approche diachronique, le séminaire EduCivium s’intéresse donc aux processus d’apprentissage et d’appropriation de la citoyenneté ainsi qu’à la manière dont ces processus s’adaptent aux mutations successives.

Enfin, le séminaire EduCivium, qui s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire, entend interroger les acquis des sciences humaines et sociales (philosophie politique et sociale, sciences politiques, histoire, sociologie, études aréales, sciences de l’éducation notamment) sur la problématique de la citoyenneté (nationale et européenne), tout en proposant un examen critique des diverses méthodologies adoptées.